fbpx

La photographe

 

Élisa Baron – L’évidence d’une passion –

Il y a des évidences dont il faut se convaincre….

Parfois il faut du temps pour faire une bonne mise au point. Il m’a fallu presque 15 ans pour trouver la mienne et tout quitter pour devenir photographe. Depuis toujours j’ai été passionnée par la photographie mais il a fallu un long cheminement pour qu’enfin je décide d’en faire mon métier. C’est en photographiant ma fille, alors âgée de 6 mois, que j’ai franchi le cap et commencé à vivre de ma passion en 2014, tout en conservant un emploi à mi-temps. Fin 2016, après m’être nourrie de formations, et avoir investi dans du matériel de qualité, je n’ai plus fait que ça, à mon plus grand bonheur.

Mon parti-pris : la douceur

Immédiatement, j’ai préféré l’intimité, et la douceur de l’enfant aux sujets plus sophistiqués, moins spontanés. Mon crédo : la photo simple et épurée. J’aime quand le décor est soigné et apaisant, quand le vrai sujet de la photo est préservé. L’enfance, dès le stade de la grossesse et de la maternité, représente à mon sens le meilleur sujet pour réaliser des photos authentiques, douces, et calmes. J’y puise beaucoup de sérénité et de joie. Chaque ventre de femme enceinte est différent, chaque enfant se distingue des autres, mais toutes les émotions parentales sont vives et pures.

Le bon angle d’attaque : l’action

Étant totalement autodidacte, si le fait d’être moi-même maman de deux enfants m’aide chaque jour à faire mon travail avec tendresse, ce sont également des rencontres décisives qui m’ont permis d’acquérir des compétences essentielles. Parmi celles-ci, je retiens notamment ma rencontre avec Magali Tarasco en novembre 2014 qui m’a familiarisée avec la photo du nouveau-né, devenue aujourd’hui l’une de mes spécialités. En novembre 2017, c’est une formation avec le Bella Vera Studio Photos qui a concrétisé mon intérêt pour les photographies de femmes enceintes. J’ai la conviction qu’en tant qu’art la photographie est en constante mutation. Pour proposer un travail de qualité, inscrit dans l’air du temps, je ne reste jamais immobile. C’est pourquoi j’ai par ailleurs suivi, en février 2018, une formation personnalisée avec Magali Tinti, talentueuse photographe artistique du nouveau-né, avant d’être formée, en avril 2018, par Alli Peck, photographe Canadienne spécialiste de la femme enceinte en studio. Ces formations me nourrissent et me permettent de garder un œil curieux sur mon métier. Mes clients les méritent car elles sont la garantie d’un travail passionné, et de qualité.

Laisser leur place aux émotions, la clé de mes photos

En tant que professionnelle, mes armes au quotidien sont pourtant très personnelles. Ma capacité à faire preuve de patience et à lâcher-prise constituent deux qualités indispensables pour obtenir des photos réussies. Je n’impose jamais rien aux sujets que je photographie, je suggère ce qui me semble pertinent, en termes de postures, de fonds, d’accessoires… et je laisse aux clients la possibilité de choisir ce qui leur parle, ce qui les touche. Ainsi je m’assure que, dès leur arrivée dans le studio, les personnes que j’accueille ressentent l’espace disponible à l’expression de leur personnalité, sans idées préconçues et sans attentes particulières. Dans mon studio, chacun, qu’il soit parent ou enfant, trouvera sa place spontanément. Je m’adapte à vous et non l’inverse.

Ils m’aident, me guident, ou m’ont inspirée…

Catherine Gueguen : pédiatre spécialisée dans les neurosciences et les bienfaits d’une éducation bienveillante

Yoann Marcet : Osthéopathe & Charline Crolais, sage femme : Respect du bien-être, de l’hygiène et de la sécurité du nouveau-né. Conférence sur la manipulation des nouveau-nés aux journées PEP’S à Paris 

Cécile Kuhner : Sage-femme, Pellouailles-les-Vignes (49)

Dorothée Béthune : Consultante en périnatalité, Seiches-sur-le-Loir (49)

Merci à la grande famille des photographes spécialisés nouveau-nés pour leurs conseils et leurs formations mis à disposition, pour faire évoluer la profession en toute sécurité.